La bosse de la phrénologie, Le rêve américain en location, et les riches chassés du paradis, mais seulement sur le papier.


Contre-histoire de la phrénologie

L’Histoire, on le sait, n’a pas partagé son enthousiasme. Au tournant des années 1840, la phrénologie commença à passer de mode. Ce croissant discrédit fut une tragédie pour Salfinjean, qui voyait disparaître ensemble, dans les quolibets de la foule toujours prompte à brûler ce qu’hier encore elle adorait, son gagne-pain et sa religion.

C’est l’histoire (fictionnelle) d’un savant qui ne veut pas que l’étude du caractère par le truchement des bosses du crâne soit classé au range de pseudo-science.

Rental America: Why the poor pay $4,150 for a $1,500 sofa

At Buddy’s, a used 32-gigabyte, early model iPad costs $1,439.28, paid over 72 weeks. An Acer laptop: $1,943.28, in 72 weekly installments. A Maytag washer and dryer: $1,999 over 100 weeks.

C’est l’histoire d’une famille américaine qui veut vivre comme tout le monde mais qui n’a ni les moyens d’acheter, ni les moyens de faire un crédit, alors ils louent leurs objets à des magasins sans vergogne. Même si ils ont encore moins les moyens.

Crise à la villa Montmorency : du rififi dans le ghetto du gotha

Il y a cependant une autre raison derrière le nombre de biens à vendre, mais elle est moins avouable et seulement connue des initiés. C’est une célèbre avocate fiscaliste qui finit par nous la livrer : « En vérité, la plupart des vendeurs ne désirent pas vendre. Ils veulent juste apporter au fisc la démonstration de leur départ. »

C’est l’histoire d’une copropriété de rêve au cœur de Paris, avec sa magie et ses petits désagréments, qui serait soi disant en train de se vider, mais en fait non.